Salut tout le monde! ^^

Je suis de retour sur mon petit blog pour parler d’un hashtag en vigueur en ce moment sur twitter qui est celui de #etudiantspasinfluenceurs.

Ce hashtag a été créé pour critiquer la décision de la part du porte parole du gouvernement français, Gabriel Attal d’inviter des influenceurs à l’Elysée pour parler du sujet qui préoccupe les jeunes en ce moment: La situation catastrophique des étudiants face à la crise sanitaire.

photo de Gabriel Attal @Baptiste Giroudon / Paris Match

En effet, les étudiants font face à divers problématiques liées à la situation actuelle telles que la pauvreté, la santé mentale, l’apprentissage de leurs cours à distance,… Et pour discuter de ces différents problèmes, le gouvernement a pris la décision d’en discuter avec des… influenceurs.

étudiants pas influenceurs

Cette ultime décision de la part du gouvernement français qui s’ajoute à toutes celles également prises à ce sujet, ne fait que d’avantage accentuer la colère et l’indignation de la part des personnes touchées par le problème.

En effet, je peux comprendre la tentative de Gabriel Attal de vouloir toucher un maximum de jeunes à travers la communauté de ces différentes personnalités qui est essentiellement composées de jeunes personnes mais il faut bien avouer que malgré toute la bonne volonté et l’empathie dont pourraient faire preuve ces influenceurs face à la situation des étudiants, ils ne sont évidemment pas les premiers concernés par le problème!

Il est vrai que l’idée de vouloir faire en sorte que le message du gouvernement passe auprès des jeunes est important mais le souci, c’est très loin d’être suffisant. Les personnes invitées ne sont pas et/ou n’ont jamais été confrontées au problème que représente le fait d’être un étudiant dans l’enseignement supérieur même en temps normal. Comment alors pourraient-ils avoir ne fut-ce qu’une idée de ce que cela peut être de se retrouver face à une telle situation en tant de crise?

étudiants pas influenceurs
Révolution étudiante de Mai 68 à Paris @Bruno Barbey/Magnum Photos

Si cela est déjà difficile de la part de politiciens qui pourtant eux sont passés également par les bancs de la fac, alors des personnes qui ont réussi leur carrière à leur plus jeune âge, cela est encore moins évident pour poser des questions réellement pertinentes. Bien sûr, ils ont relayés certaines questions de leur communauté mais c’est loin d’être suffisant. Il aurait fallu que le gouvernement soit directement face à ces étudiants, qu’eux-mêmes puissent poser des questions directement à Gabriel Attal.

Il aurait alors peut-être été plus judicieux de tenter de joindre les deux mais cela aurait demandé un travail de recherche. C’est-à-dire, soit d’inviter des influenceurs qui ont été diplômés de l’enseignement supérieur soit qui y sont toujours actuellement. Je pense à CrazySally, HugoDecrypte, DairingTia, LénaSituation,… Il existe probablement aussi des influenceurs qui suivent également des cours en ce moment même. Peut-être moins connus mais qui peuvent relayer le message auprès des étudiants concernés. Ce ne serait plus seulement en tant qu’influenceurs et donc média qu’ils seraient invités mais aussi en tant que jeunes diplômés et/ou étudiants actuels, donc des personnes qui peuvent mieux se mettre à la place de ces jeunes.

@CrazySally

Les étudiants ont besoin de voir des personnes qui peuvent les comprendre et qui ont traversé ou traversent les mêmes peurs et même angoisses, qui peuvent relayer des questions les plus pertinentes.
Ce n’est donc pas selon moi le fait qu’on invite des influenceurs à l’Elysée pour parler de la précarité étudiante qui pose le plus problème, c’est le fait qu’on ait invité les mauvais influenceurs.

Enfin, voilà mon point de vue sur le sujet. N’hésitez pas à me donner votre avis en tout cas! A très bientôt, j’espère! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.