Salut à tous!

Après une assez longue période d’absence, je reviens vers vous pour parler d’un sujet qui fait depuis un bon moment débat: la cancel culture!

Qu’est-ce que la « cancel culture »?

Commençons par une brève explication de ce qu’est la « cancel culture » avant tout. Au cas où certains ne sauraient pas encore ce que c’est: le terme « cancel » signifiant annuler en anglais, cela désigne donc l’action menée essentiellement par les internautes pour boycotter une marque ou un individu à cause d’un acte jugé soit répréhensible soit immoral. Car en effet, ce phénomène est surtout présent sur les RS.

Son origine

L’on peut facilement remonter cela à l’affaire Weinstein avec le mouvement #metoo mais plus vraisemblablement à l’investiture de Donald Trump début 2017.

Je m’explique: lorsque Donald Trump est arrivé au pouvoir, il s’est manifesté une incrédulité totale dans le monde certes mais aussi du côté de ces américains qui n’étaient pas racistes mais ne voyaient visiblement pas à quel point leur pays pouvait effectivement l’être. « Comment un homme aussi abominable a-t-il pu arriver à la maison blanche? » s’insurgeaient-ils

Toutes ses décisions prises depuis son investiture ont d’ailleurs mené à plusieurs manifestations les unes à la suite des autres. (Je ne dis pas qu’il n’y en avait pas sous Obama) mais le choc a été tel pour eux que même énormément de stars ont manifestés et/ou se sont montrées plus engagées, surtout en constatant qu’il démontait tout ce qu’Obama avait apporté de bien à la population comme l’Obama Care mais aussi, de bloquer l’accès aux ressortissants de certains pays de venir sur le sol américain, l’implantation d’une ambassade américaine en Israël, son climatosceptisme, sans oublier son mur,….

Je crois qu’une plus grande majorité de la population américaine, incluant des personnes aisées, se sont véritablement rendues compte où pouvait mener le #whiteprivilège et ainsi, le système injuste dans lequel ils vivaient et en quoi fermer les yeux indéfiniment sur les injustices pouvaient avoir une répercussion sur eux-mêmes.

Mais Donald Trump était devenu intouchable. On aurait beau le critiquer dans tous les sens, il avait une telle position que cela n’y changerait rien alors comme je l’ai entendu dans le documentaire sur Weinstein et sur Epstein, quelque chose s’est produit: Un ras le bol que des personnes restent impunies sous prétexte qu’elles avaient tous les privilèges: hommes riches blancs hétérosexuels…

C’est ainsi qu’a commencé l’air de la « cancel culture » et du boycott! Lorsqu’on a affaire à une personne, marque ou institution puissante qui a commis soit des crimes abominables (Weinstein, Epstein, Polanski) ou tenu des propos injurieux, (trans)homophobes ou racistes (H&M, JK Rowling, Jeffreystar,…), les minorités et/ou victimes se sentant impuissantes face à la position dominante de l’oppresseur ne voit plus d’autre moyen que d’en appeler à la « cancel culture ».

cancel culture
Adèle Hanaël au César 2020 @AFP

Trop de « cancel culture » tue la culture

Et force est de constater que cette pratique fonctionne, les clients se désolidarisant de la marque ou personne peut voir son chiffre d’affaire ou sa notoriété grandement impacté.

Voir même un peu trop bien, si bien que certains soupçonnent soit d’en profiter comme ce fut le cas avec une anonyme qui affirmait avoir été violée par Bieber sans aucune preuve tandis que lui en apportait des tas en sa faveur.

Ou alors de consentir au fait que certes, ces accusations sont réelles et fondées mais est-ce que c’est légitimement proportionnelle à ce qu’a pu commettre la personne désignée?

En ce sens, je prendrais le cas d’Enjoyphoenix qui a subi un véritable bad buzz disproportionné parce qu’elle avait oublié de rappeler à sa communauté qu’on teste sur son poignet un masque avant de l’appliquer sur son visage.

@enjoyphoenix sur Instagram: https://www.instagram.com/enjoyphoenix/?hl=fr

Ensuite, tandis qu’on tient à bannir une personne pour des propos injurieux émis dans le passé, on ne lui laisse absolument pas la possibilité de s’excuser et d’aller de l’avant. Car le but premier étant certes de rééquilibrer un préjudice subi par quelqu’un ou une communauté mais de là, à empêcher totalement un individu de pouvoir se repentir et de retrouver une certaine forme de crédit dans son activité. Est-ce là une véritable solution? Je ne le pense pas.

Enfin, à force de bannir à tour de bras des personnes/marques ayant dit ou fait quelque chose de répréhensible dans le passé, que nous restera-t-il de la culture? Car si on réfléchit bien, on a tous dit ou fait quelque chose qui pourrait heurter ou blesser quelqu’un à un moment donné.

Pourtant, cela ne veut pas dire que je condamne entièrement la « cancel culture » lorsqu’il s’agit d’un cas véritablement grave. Je ne saurais personnellement plus écouter du Chris Brown par exemple.

cancel culture
Image du site: https://winkstrategies.com

J’ai mis en tête d’article l’image de Tiktok, à cause de ce qui est en train de se passer. Le bannissement du RS Tiktok par le Président Trump aux USA sous prétexte que la Chine récolterait les données des américains, bien qu’il se soit effectivement servit de cette méthode, secondé par Cambridge Analytica, pour se voir élire en 2016. Il ne supporterait pas que quelqu’un d’autre fasse pareil. Néanmoins, Je crois surtout qu’il ne supportait pas voir une application chinoise en train de dépasser celles des USA.

Certes, cette « cancel culture » ne vient plus cette fois-ci de la population même mais des plus hauts rangs.

Et ce qui est davantage inquiétant ici, c’est que sous prétexte également d’une « cause légitime », un gouvernement supposé être « démocratique » prend une décision à l’encontre du principe même de la démocratie. Par comparaison, la Chine utilise exactement le même procédé sur son territoire pour des applications américaines. Cela dit, le gouvernement chinois est une dictature…

C’est pourquoi cette « cancel culture » est à double tranchant! Elle est une arme puissante qui certes peut-être utile pour dénoncer des injustices (#metoo) mais qui, entre de mauvaises mains ou employée à mauvais escient, peut également faire ou défaire un individu, marque ou institution…

Je vous laisse méditer sur la question! N’hésitez pas à me donner votre avis sur le sujet bien entendu ! 🙂

A bientôt les loulous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.