Salut tout le monde! 🙂 Comment allez-vous? L’on se remet à peine des vacances que la rentrée est déjà entamée! Et pourtant, il faut bien se remettre au boulot! Aujourd’hui, j’avais envie de traiter d’un nouveau sujet relativement tabou: les privilèges! Et plus particulièrement, le privilège des métis. Existe-t-il vraiment ou est-ce juste une impression au cas par cas? A mon sens, c’est un peu les deux mais il ne s’agit là que de mon point de vue.

privilège métis

Un sujet houleux…

Le privilège « métis » rappelle d’assez près le privilège « blanc » dont tout le monde parle depuis un bon moment d’ailleurs. Pas mal ne réalisent pas encore qu’il existe et à quel point une simple couleur peut impacter ta propre vie. A croire que tout dans la vie ne devrait se résumer qu’à un trait physique! Alors que tout le monde sait que « les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas » et pourtant…

La couleur de peau reste qu’un trait de l’aspect physique qui n’a en soi aucune influence sur ta personnalité, sur ce que tu es à l’intérieur. Par contre, la perception qu’en ont les autres peut largement impacter ta propre existence!

privilège métis

C’est ce qui peut indéniablement déboucher à des injustices criantes, des crimes abominables tels que des génocides, des rejets de la part de toute une société! Ce n’est pas ton apparence ou le milieu d’où tu viens qui devrait déterminer ta capacité à accéder à l’un ou l’autre privilège!

privilège métis

Cependant, s’il est vrai que le privilège « blanc » existe bien, le privilège « métis » également….

Un peu d’histoire

privilège métis

Rappelez-vous de l’histoire extraordinaire dont je vous avais parlé dans mon premier article. En effet, une jeune métisse a eu « le privilège » de sortir de sa condition d’esclave pour bénéficier de certains des droits accordés aux nobles! Car en effet, de part son père, John Lindsey, elle était une membre à part entière de l’aristocratie anglaise. Malheureusement, elle a tout de même vécu le racisme et ne pouvait accéder à l’entièreté de ses droits au vu de sa condition… Cette position ambiguë lui permettait quelques fois d’obtenir certaines faveurs et pour d’autres fois, de se les voir retirer…

Un autre exemple emblématique… Alexandre Dumas bien sûr!

privilège métis

Bien qu’il s’agisse ici d’un quarteron, Alexandre Dumas a pu bénéficier d’être considéré de son vivant comme un auteur français à grand succès mais en même temps, devait subir également le racisme de ses contemporains.

Ce privilège de nos jours

Plus récemment, le père de Beyoncé a réalisé à quel point le succès retentissant de sa fille ainsi que celui d’autres artistes afro-américains/ afro-descendants le devaient surtout grâce à leur métissage….

privilège métis

En effet, est-ce que Rihanna aurait eu le même succès si elle avait été noire? Son talent serait certes resté inchangé mais est-ce que les magazines auraient eu « envie » de la mettre aussi souvent en avant sans sa peau « couleur café » et ses yeux verts?

privilège métis

Car en effet, les médias en jouent de cette ambiguïté et ce depuis presque 30 ans, voir au-delà! De fait, celle qui a été préférée dans The suprêmes était Diana Ross grâce à ses traits fins et son teint relativement clair. En outre, Aretha Franklin était en réalité métisse et Joséphine Baker aussi….

privilège métis

A quelques exceptions près, les femmes « noires » qui réussissent le mieux dans l’industrie du spectacle et par extension dans le mannequinat sont en réalité des métisses… Voilà un des premiers privilèges le plus flagrant!

Et pour cause, leur trait qui rappellent quelques fois ceux des caucasiens tout en ayant une couleur de peau entre noir et blanc permet aux médias qui veulent se la jouer « pro-diversité », de se rendre légitime à la face du monde!

« Regardez, on est pro-noir, nous »! Tout en choisissant une métisse aux longs cheveux bouclés et aux yeux clairs…. :/

Le privilège au quotidien

Cette pseudo mode a ses revers même pour les métis eux-mêmes car ayant déjà du mal à nous situer dans notre propre vie, l’on voit la société tirer la couverture ou la repousser à sa guise. Lorsqu’il est de bon ton de nous avoir: « Oui, on est belge » (exemple: Stromae, joueurs de foot…) mais lorsque ça ne lui convient plus, elle nous rejette: « Ah ces étrangers »… Sauf que… Qu’on nous aime ou qu’on ne nous aime pas, notre histoire reste la même.

L’erreur immense du présentateur sportif, Stéphane Pauwels, était de croire que « Stromae était un étranger bien intégré ». Cette phrase posait problèmes à plusieurs égards dont notamment le fait que Stromae n’est pas un étranger à la Belgique. Il ne venait pas « d’arriver du bout du monde depuis un an ». Son père l’était ainsi que le mien. Mais nous, enfants d’immigrés ainsi que tant d’autres qui sommes nés et avons grandi en Europe, nous ne sommes plus « étrangers »… Nous n’avons pas eu à traverser ce que nos parents ont dû traverser. Et par ce fait, c’est vrai, c’est un privilège.

C’est finalement en discutant avec une autre métisse mais aussi en regardant autour de moi d’autres cas, je ne suis pas sûre que l’on puisse effectivement parler d’une véritable diversité ethnique au sens propre du mot lorsqu’on choisit un métis dans les médias. Etant née en Belgique d’un parent belge, je peux prévaloir du droit du sang et du sol qui donne accès à tous les droits et privilèges accordés à tous les belges (ou européens).

privilège métis
Mon grand-père 1926-2007 (Désolée pour la qualité de la photo)

Pendant bien longtemps, je ne me tracassais guère de savoir si oui ou non j’aurais accès à certains droits car je savais que je les aurais d’office par le fait que je sois née ici et non ailleurs. Si vous vous mettez à compter le nombre de fois où l’on vous demande votre carte d’identité pour avoir accès à la moindre structure, vous tomberez des nues. Que ferait-on sans? (L’on se rend plus facilement compte de notre privilège, quel qu’il soit, que lorsqu’on a peur de le perdre).

Mon grand-père disait souvent qu’on vivait dans « un pays de cocagne ». On ne réalise pas toujours à quel point c’est vrai pour beaucoup d’entre nous. Certes, il n’a pas connu la crise de 2008 mais il a connu la seconde guerre mondiale et malgré avoir traversé une telle tragédie, il en a conclu qu’on avait de la chance.

Conclusion

Voilà, encore un article bien long mais le sujet demandait beaucoup d’approfondissements. Néanmoins, ai-je été suffisamment au bout de mon idée? Je ne crois pas car il y a tant d’aspects de cette problématique que je n’ai pas abordés. Notamment que cette vérité ne l’est pas forcément pour n’importe quel métis. Il serait donc faux de croire qu’être métis t’ouvre n’importe quelle porte, comme le fait d’être blanc. Non! Puisque d’autres facteurs peuvent rentrer en jeu: Ton genre, ton orientation sexuelle, ta classe sociale, ta religion et j’en passe, peuvent être perçu comme un obstacle aux yeux de la société occidentale. Oui, l’on peut constater qu’il y a moult injustices corrélées à la couleur de la peau mais pas seulement.

Cela dit, j’espère que l’article vous aura plu pour les plus courageux qui auront lu jusqu’au bout et n’hésitez pas à parler de votre expérience, qui bien évidemment, pourrait être tout à fait contraire à mes observations. ^^

Alors, A bientôt les loulous! :*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.