Salut tout le monde! ^^

Pour la saint-Valentin, je me suis dit que de raconter une histoire d’amour de quelqu’un que je connais très bien pourrait être intéressant. A la base, j’ai eu une soudaine envie d’écrire cet article en espérant que l’un(e) ou l’autre d’entre vous, qui sait, pourrait peut-être m’aider à retrouver une personne en particulier. Même si, je dois l’avouer, j’ai hésité sérieusement à publier cet article vu le peu de chance que ça aboutisse à quelque chose (de bien surtout)… </3

Vous croyez en l’âme soeur? L’homme/la femme avec qui vous partagerez des moments incroyables malgré une vie semée d’embuches? Un miracle se produirait un beau jour dans une rue que vous empruntez régulièrement depuis des lustres, une personne vous demanderait l’heure et votre vie s’en retrouverait totalement chamboulée. Et bien cette histoire, digne d’un scénario de film hollywoodien, est arrivée à ma mère, il y a environ 30 ans de cela, le jour de son anniversaire, le 6 juillet.

923316_10200941077866274_1043081390_n
ma tite maman il y a plus de 30 ans :3

Je connais cette histoire par coeur, car ma mère m’en parle depuis des années malgré le fait qu’il soit bien trop tard pour y changer quoi que ce soit mais elle me la raconte encore de temps à autre et je sens que même si elle n’en pleure plus, l’histoire d’amour qu’elle aurait voulue vivre… qu’elle aurait du vivre plutôt, la hante encore aujourd’hui. 🙁

Alors, j’imagine, dans les années 80, lors d’une journée ensoleillée, cette mignonne petite blonde se promenant seule dans la rue pont d’île à Liège, n’ayant personne avec qui fêter son anniversaire. Un jeune homme l’arrête soudain pour lui demander l’heure et c’est là qu’une histoire d’amour va naître.

valentin
WARZEE Claude, Rue Pont d’île. (1975) [photo], In Histoires de Liège . Disponible sur <http://histoiresdeliege.skynetblogs.be/archive/2015/09/23/la-rue-pont-d-ile-8503867.html> (consulté le 7 février 2018).

NB: J’ai trouvé cette photo datant de 1975 de la rue en question, j’aurais voulu en trouver une des années 80 mais, c’est toujours ça. ^^

Lui, il s’appelait Sébastien, il était burundais et était venu ici pour suivre ses études à l’université de Liège en ingénierie civile. Elle m’a raconté à quel point elle se sentait en connexion avec lui, qu’elle pouvait lui parler de tout en sachant qu’il la comprendrait. Elle disait de lui que c’était son meilleur ami mais elle sentait qu’il y avait plus que ça entre eux. Seulement, étant dans sa dernière année en Belgique pour ses études, la raison voulait qu’ils n’entament pas quelque chose de sérieux. En effet, il était tenu de rentrer chez lui à la fin de son cursus. Ne révélant ainsi jamais clairement leur sentiment l’un à l’autre, leurs adieux fut  malgré tout particulièrement éprouvant.

Valentin
J’ai choisi des images du « Flic de Beverly Hills » car ma mère avait flashé sur la couverture d’un magazine en s’étonnant de la ressemblance entre Sébastien et cet acteur montant des années 80, Eddy Murphy. 😉

Il semblerait que pour la première fois depuis longtemps, elle fut heureuse durant le temps qu’il resta en Belgique. Il lui promit qu’il lui enverrait une lettre dès qu’il serait arrivé. Lui ayant précisé l’heure à laquelle son avion devait survoler son quartier, elle put l’apercevoir, le coeur déchiré, traverser le ciel et ce fut la dernière fois qu’elle le vit de sa vie…

Vous savez, ça aurait été aujourd’hui, ils auraient eu Facebook et Skype et tout aurait été différent.  Sans aucun doute, je ne serais pas entrain de vous écrire en ce moment même car, c’est justement vers la fin de son séjour qu’un autre jeune étudiant est arrivé dans sa vie… Mon père.

On peut dire que Sébastien et lui étaient comme le jour et la nuit. Alors que le premier était jovial et toujours souriant, le second paraissait froid et fermé. En outre, Il y avait quelque chose dans l’histoire de mes parents qui me rappelle étrangement la pièce Othello de Shakespeare.

valentin
Peintre: Daniel Maclise

Je perçois mon père comme un curieux mélange entre Othello et Lago, l’officier jaloux de ce dernier.

En effet, alors que ma maman était toujours amoureuse de celui qui venait de rentrer chez lui, elle rencontre mon père et apprend qu’il le connaissait également. Naïve, elle le voit comme un ami à qui elle peut se confier sur cet amour impossible, ne se doutant un instant qu’il avait des vues sur elle.

Seulement voilà, la poste en Afrique étant particulière, surtout à l’époque, Sébastien avait précisé envoyer sa lettre chez d’autres amis aux études ici. Alors, le jour où la lettre était supposée être arrivée chez eux, mon père connaissant mieux ces derniers qu’elle, il se propose d’aller la lui chercher à sa place… Je crois que c’est la première fois qu’il lui brisa le coeur. Car mon père est revenu les mains vides, lui faisant croire que Sébastien ne lui avait jamais répondu…

Après des années, elle sut que c’était bien mon père qui avait détruit la lettre par jalousie. A l’époque, elle ne le connaissait pas très bien, malheureusement. Il semblait amical, alors, elle pensait pouvoir lui faire confiance.

Désespérée, elle s’est réfugiée dans les bras du mauvais garçon… Avec les années, elle s’est faite une raison, évidemment. C’était peine perdue.

Avec l’arrivée de Facebook et des divers réseaux sociaux, j’ai commencé à m’imaginer que malgré le nombre d’années, je pourrais peut-être, qui sait, retrouver ce fameux Sébastien, non pour qu’ils se retrouvent parce qu’il a sûrement une famille désormais et puis, ça fait bien trop longtemps. J’avais juste l’espoir qu’elle puisse avoir une conclusion heureuse. Qu’elle puisse enfin, après toutes ses années, lui dire qu’elle attendait sa lettre avec impatience et pourquoi elle n’a jamais pu lui répondre. Bien sûr, je me doute, qu’il est peut-être décédé aujourd’hui. Cependant, en repensant hier à cette fameuse histoire, je suis tombée sur le profil Linkedin d’un homme qui pourrait être lui. Alors, j’ai de nouveau espéré pouvoir le contacter mais il semblerait, qu’il soit à la retraite depuis 13 ans, apparemment. Aucune autre activité sur internet ne semble pouvoir me guider jusqu’à lui.

C’est pourquoi j’écris cette histoire un peu comme on envoie une bouteille à la mer… Je garde malgré tous les obstacles qui se sont mis sur leur chemin, l’espoir qu’elle puisse avoir de ses nouvelles (des bonnes bien sûr). <3

Je trouve que cette histoire nous apprend que si un jour on rencontre le véritable amour, il ne faut jamais le laisser s’échapper.
Je vous remercie d’avoir lu cette histoire. Si vous pouvez m’aider, n’hésitez pas. 🙂

A bientôt les loulous 😉

Laisser un commentaire